Nous les informaticiens

 Accueil

En Société : Inaccessible

26 Septembre 2013

Fort heureusement, vous n’avez pas que des amis « non-informaticiens », vous avez eu la chance de vous lier d’amitié avec certains de vos collègues de travail, anciens compatriotes de vos études, et autres rencontres fortuites qui travaillent dans l’informatique… Discuter de temps à autre en toute liberté avec quelqu’un qui « sait » ça fait du bien, pour échanger des idées, se plaindre, tenter de trouver une idée pour devenir riches, etc…

Mais en société, donc au cours d’un repas, anniversaire, fête, ou toute autre occasion où vos amis ou votre famille sont tous là pour former un groupe hétérogène de métiers. Pour une raison qui m’est encore inconnue, lorsque vous faites connaissance avec un nouvel « informaticien » vous ne pouvez pas vous empêcher de montrer au reste du monde l’inaccessibilité de votre métier, ce qui ne nous rend pas service :

- T’es dans l’informatique aussi ? T’y fais quoi ?

- « Admin-sys » et toi ? – pour « Administrateur système » bien entendu, eh oui, en plus du fait que ce n’est pas accessible, on en profite pour en rajouter une couche en utilisant la « version abrégée », encore plus incompréhensible… -

- Cool, moi je suis dans le « dev-web » ! – sous-entendu « Développement logiciel pour construire des sites internet », évident non ! –

Là vous avez déjà perdu les 3/4 des personnes qui étaient autour de vous deux, seuls restent vos âmes sœurs qui cherchent déjà désespérément un moyen d’entamer une autre conversation parallèle, éventuellement un curieux, ouvert d’esprit, qui souhaiterait s’y intéresser, et un « ami bidouilleur » (parent proche du « cousin bidouilleur », cf En Famille III) qui veut chopper des mots techniques pour les débiter dans le désordre plus tard. En tant que grand connaisseur, ce dernier n’hésite pas à s’insérer dans la conversation :

- Ah ! Des informaticiens ! Vous avez quoi comme processeur ?

Etant donné que vous êtes en société vous répondez à la question et vous engagez tous trois gaiement dans la description comparative de vos bestioles respectives, tels des coquelets mesurant la longueur de vos protubérances génitales (même les « informaticiennes » sont capables de cela, si si !). Pendant ce temps-là vous avez perdu vos moitiés respectives, qui discutent de la crise, de shopping, de sport, d’une émission de TV, ou de tout autre sujet « normal » accessible à tous… Le curieux rigole sans trop savoir pourquoi de temps à autre pour montrer qu’il est là, mais son regard commence à chercher quelqu’un qu’il connaît, pour se sortir de cette conversation qui commence à devenir pénible pour lui…

Tout en restant dans le sujet initialement lancé par « l’ami bidouilleur », vous finissez forcément par parler un peu plus technique, quelque chose qui va un peu plus loin que ce que le vendeur de votre grande surface préférée est capable de débiter en lisant l’étiquette de l’ordinateur « bas prix » qu’il veut vous refourguer parce qu’il doit écouler son stock :

- …oui, mais t’as deux contrôleurs 32 bits SATA sur ton bus 64 bits, donc il vaut mieux brancher un disque dur dans chaque contrôleur pour gagner en performances, surtout avec les dernières architectures des cartes mères où le contrôleur de bus PCI est à part, avec un bus dédié pour le CPU. – non, ce n’est pas une insanité du « cousin-bidouilleur », c’est une vraie phrase technique ça ! C’est tout de suite moins sexy que ce qu’on voit dans votre série TV d’action préférée… –

Le curieux s’est dit que là c’était le pompon et il s’est barré sans même dire un mot ni l’effort de faire le moindre faux geste d’excuse genre « quelqu’un m’appelle ! », d’ailleurs vous êtes tellement absorbé par la conversation que vous ne vous en êtes même pas rendu compte… L’ami bidouilleur lui, il commence à être perdu, il reste là pour continuer à enregistrer des mots techniques et s’inventer aussi des nouveaux arguments qui prouveront que « les gouvernements et les industriels nous cachent des choses ». Il essaie cependant de montrer sa présence en dédramatisant avec des blagues très drôles :

- 64 bits ?! C’est sa femme qui doit être contente ! HAHAHA ! - <-- rire gras… -

Vous acquiescez d’un sourire politiquement correct pour ne pas le vexer, mais cette blague ne vous fait vraiment plus rire, et vous continuez à vous enfoncer dans une discussion de plus en plus technique, complètement inaccessible, tel deux chirurgiens commentant leur dernière vasectomie réussie… Pour finir par perdre aussi et définitivement votre « ami bidouilleur », ce dernier « spectateur » qui aurait pourtant voulu s’intégrer…

L’informatique : les informaticiens ne font pas d’efforts.
Diego
 Retourner en haut
Partager cet article sur Facebook 
     Tweeter